Chimères et autres Fabulerie(s) d'Edouard Vaillant

March 13, 2018

Une fabuleuse rencontre

Fabuleuse matinée de découverte mardi 13 mars 2018 pour les 20 élèves de CM2 de l’école Édouard Vaillant et leur enseignante Nathalie Malfait, qui ont débarqué de bon matin à La Fabulerie, à deux pas du métro Noailles à Marseille.
​Passée l’imposante porte en bois, les enfants ont été accueillis par Axelle Benaïch, fondatrice de cette Fabulerie, qui leur a demandé ce qu’ils pensaient trouver à l’intérieur. Certains, peut-être influencés par le majestueux paon sur la porte vitrée ou par la jolie verrière qu’on voyait à travers, ont pensé qu’il s’agissait d’une volière. D’autres sont restés sur leurs premières idées, émises lors de la séance de prototypage d'une "fabulerie" du futur en classe : magasin des possibles, lieu de voyage, hangar à avions…

​​En réalité, c’est dans un lieu de créativité qu’ils sont entrés : une vaste pièce lumineuse, ancienne salle de réception de l’hôtel Astoria, entièrement rénovée, comprenant aujourd’hui une estrade, un écran vidéo, un bar-cuisine, une bibliothèque, des bureaux à l’étage et… des œuvres d’art numériques.

 

​​Camille (designer et coordinatrice), Claire et Carlotta (médiatrices) nous ont montré différentes installations, imaginées par la Fabulerie et designées par des artistes : les folies bestiaires (Vitrogram.fr), le Cartomaton, le bureau interactif et la Canebière de Demain à découvrir en réalité virtuelle.

Avec le générateur des Folies bestiaires, chacun a pu s’amuser à faire défiler des dessins d’animaux (créés par l’illustratrice Marine Laurent) et à en choisir deux de manière aléatoire, en vue d’en inventer un troisième, hybridation des deux. Par exemple, la chimère chauve-laveur ou le dromaléphant.​

​​Après quoi, les enfants ont expérimenté le Makeymakey, petit dispositif d’émulation qui leur a permis d’entendre le cri d’un étrange animal à pattes de crabe, tête de girafe et corps de chameau… par simple contact avec les articulations d’une chimère fabriquée en carton et attaches parisiennes. Carlotta leur a expliqué que seul(e) celui ou celle qui tenait la prise terre pouvait déclencher le son… mais aussi un(e) camarade qui lui tenait bien la main, puisque le corps humain est conducteur d’électricité. Quoi de mieux, pour aborder ou réviser la notion de circuit électrique !

Ensuite, chaque enfant est allé se faire photographier dans un drôle de Photomaton, baptisé Cartomaton… non pas parce qu’il est construit en carton comme l’ont cru certains (ne pas se fier à la couleur de ses parois !) mais bien parce qu’il délivre des… cartes postales. On pouvait choisir son fond - dessin ou photo d’archive - et imprimer son portrait à l’emplacement des têtes laissées sans visage. Claire a même invité les enfants à dessiner ce qu’ils aimeraient voir apparaître une prochaine fois dans le Cartomaton.

Camille, de son côté, présentait le bureau interactif, sur lequel nous avons pu manipuler du bout des doigts, comme sur une tablette tactile géante, des images de la Canebière… mais pas la Canebière d’aujourd’hui, celle du futur, imaginée par des visiteurs lors des Dimanches de la Canebière ! Les élèves ont essayé le casque de réalité virtuelle, qui donnait l’illusion de se promener à bord d’un train le long d’une Canebière d’époque, reconstituée par un collage anachronique de photos d’archives.

​​​​​Les enfants ont terminé leur visite en imaginant le nom du métier d’Axelle, qui n’existait pas quand elle-même était petite : « fabuleuse », « futuriste », « ingénieur du futur », « imaginatrice », « fabulatrice »… comme quoi, le fabuleux peut parfois devenir réalité.

Journée de découverte à thecamp

La visite à thecamp a permis aux élèves de CM2 de l'école Edouard Vaillant de poursuivre leur fabuleuses découvertes sous la forme de trois ateliers créatifs, ludiques et électriques.

 

Pour leur premier atelier, Karim Guesmia, fablab manager d'ICI Marseille a proposé aux enfants une nouvelle utilisation du Makeymakey, sous l’apparence d’un piano à bananes. 


​Comment ça marche ? L’objet conducteur (ici les bananes) est relié par des pinces-crocodiles à l’émulateur, lui-même connecté à un ordinateur avec l’application adéquate. Il suffit alors d’effectuer une légère pression sur les bananes - devenues touches de piano - pour émettre une note… à condition toutefois de refermer le circuit électrique ainsi créé en tenant dans sa main la prise terre ! L’application en ligne offre un choix de « claviers » : pianos, congos, etc.



Non loin de là, pour étoffer le zoo imaginaire commencé à la Fabulerie, les enfants sont tous passés par un atelier d’écriture autour de leurs chimères animé par Delphine Bole, la référente en écriture du projet. Aiguillé par un jeu d'écriture, chacun a conçu un petit poème rimé pour faire deviner son animal fantastique, en mêlant les caractéristiques des deux composants.

Enfin, les élèves ont pu construire à leur tour de petits circuits électriques, et ce en assemblant des composants aimantés, des Little Bits.

But de la manoeuvre : réaliser un petit jeu de QCM autour de leurs poèmes-devinettes. Une devinette, trois réponses possibles. En face de chaque réponse, un câble terminé par une capteur de pression, un bouton ou un potentiomètre : la mauvaise réponse déclenche l’émission d’un son de buzzer, la bonne allume une petite LED. Le but du jeu était de trouver le nom de l'animal hybride, parmi trois propositions, correspondant à chaque définition mystérieuse donnée.



Au terme de cette journée, chimères et circuits électriques bien en tête, les enfants sont repartis l'esprit ouvert à d'autres horizons, prêts à imaginer plus encore.

 

 

 


 

Please reload

Posts Récents

June 18, 2018

June 1, 2018

Please reload

Archives
Please reload

Youth Camp Experiences

reCreation Lab est une initiative de l'association Youth Camp Experiences

thecamp

  • Twitter
  • Instagram

Youth Camp Experiences est hébergée et soutenue par thecamp, le camp de base qui explore le futur !